Canva - Passport on a Suitcase-min

Concevoir, en collaboration avec les conseillers et en appui au travail des acteurs régionaux, des pratiques novatrices de régionalisation de l’immigration, lesquelles reposent sur des interventions de repérage et de préparation des candidats immigrants à l’établissement en région.

Partenaire: Institut de recherche sur l’intégration professionnelle des immigrants

Axe : Adaptation aux changements sociaux et climatiques

Services : Soutien et accompagnement ; Analyse et diagnostic

Année : 2015

Chercheur : Jean-Daniel Glazer Allard

La concentration de l’immigration dans les zones urbaines est un phénomène mondial. Au Canada, plus de 60 % de la population immigrante canadienne réside dans un des trois grands centres urbains du pays, soit Montréal, Toronto ou Vancouver.

Or bien que le gouvernement du Québec ait mis en place en 1992 une politique de régionalisation de l’immigration dans le but de mieux partager entre les différentes régions les avantages démographiques, économiques et sociaux de l’immigration, les données montrent que les immigrants continuent de s’établir majoritairement dans la région métropolitaine de recensement de Montréal.

Cela est notamment dû aux trois facteurs suivants :

  1. La faible popularité des régions auprès des personnes immigrantes;
  2. Le manque de connaissance relié à la vie dans les régions (surtout celles qui sont les plus éloignées de Montréal);
  3. L’attitude de fermeture de la communauté ou des employeurs des régions à l’égard des immigrants.